Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

communication nonviolente

2012-12-14T13:34:00+01:00

Clément et Louise

Publié par TimTad

Bonjour,

 

Aujourd'hui, je vous présente plus en détails les livres pour enfants en CNV, notamment la collection "Clément et Louise" que j'ADORE, sur cette page, avec une petite vidéo pour les découvrir (^_^)

Voir les commentaires

2012-12-01T13:52:00+01:00

Ressources CNV

Publié par TimTad

Bonjour,

 

Je partage aujourd'hui le site de Jean-Philippe FAURE : La Voie de l'Ecoute.

Il y a plein de ressources, pour moi indispensable et qui m'aident à progresser encore... (plein = 150 documents word ou excel, gratuits, et classés en 17 catégories).

Voir les commentaires

2012-11-12T14:47:00+01:00

4 jours de formation CNV, partie 3

Publié par TimTad

Bonjour,

 

Je continue de partager le stage de CNV, pendant qu'il est encore frais dans ma tête.

 

Les exercices en groupe.

Durant les 4 jours, nous avons beaucoup pratiqué ; seul le premier jour a été un peu plus théorique, le temps de présenter ce qu'est la CNV, le processus...

Le premier exercice : à partir d'un fait déclencheur d’une situation non satisfaisante, essayez d'identifier son sentiment et le besoin non satisfait, puis échangez avec les 3 autres personnes du groupe… J'étais frustrée, je n'ai pas aimé... parce que j'avais besoin d'apprendre, j'étais affamé et impatiente... (Entre débutants, on ne peut pas apprendre aux autres ce qu’on ne sait pas !)

Ensuite, en grand groupe, le formateur a pris l'exemple de deux personnes volontaire... je n'ai pas osé prendre la parole, ce premier jour. Et comme je n'ai pas eu de "corrigé", j'étais encore plus frustrée. Heureusement pour moi, le lendemain, il a demandé qui voulait partager son sentiment, et je me suis tout de suite portée volontaire… Cela a été riche d'enseignement, j’ai notamment compris la différence entre l’objection et l’intention… L’intention, préalable à la pratique de la CNV, est de créer un lien par exemple, et non pas faire faire quelque chose à quelqu’un (par exemple : ranger les affaires)…

 

Il y a eu deux autres exercices en petits groupes où nous n'étions pas coachés par un des formateurs (le 2ème et le 3ème jour), et où j'étais très énervée. D'ailleurs, le ton est monté avec l'un des stagiaires quand j'ai exprimé oralement ma frustration, quand il avait dit "à la maison non plus le formateur ne sera pas"... et j'avais répliqué, cinglante, que justement je n'étais pas chez moi, et je suis venue au stage pour être coachée justement ! et progressée...

Il y eu un tour de parole tout de suite après l'exercice, et je n'ai rien dit. En revanche, pour le dernier tour de la journée, samedi (le troisième jour), je me suis exprimée, j'ai parlé des deux couleurs en moi, celle satisfaite, dominante, sur toute la journée, et j'ai aussi osé parler de ma frustration lors des exercices de groupe. J'ai pu le dire, sans jugement, sans regard lourd, ni de la part du formateur, ni de celles des autres stagiaires. Après trois jours, je me sentais intégrée à ce groupe, et je pouvais tout dire, alors qu'un jour avant, je n'aurais pas osé dire oralement ce qui me déplaisait...

 

Et puis, le dernier jour, il y a un exercice qui m'a beaucoup apporté, et qui a été très satisfaisant pour moi.

Nous étions 3. Le formateur écrivait une phrase, et nous devions lui répondre par écrit.

Sa phrase était celle d'une mère, disant à son adolescent, qui arrive toujours pile à l'heure pour manger et mettre ses pieds sous la table : "eh oh ! C'est pas un restaurant-hôtel ici !"

L'une des stagiaire a proposé que nous écrivions chacune notre tour une phrase. Dans un premier temps, j'ai froncé les sourcils ; ce n'était pas un travail individuel... Je le lui ai dit, et elle m'a expliqué que cela nous permettrait à toutes de réfléchir à son rythme, parce que je réfléchissais plus vite que les autres... Je n'avais pas vu les choses sous cet angle...

Nous avons fait comme ça, et puis, effectivement, j'avais deviné avant que la mère voulait partager d'autres moments que les repas avec son fils...

A la fin, j'ai remercié la stagiaire, parce que j'avais pris du plaisir à travailler avec elle. Elle était surprise, elle pensait qu'elle me l'avait imposé et elle n'en n’était pas satisfaite… Mais je lui expliqué qu'au contraire, comme nous en avions discuté avant, j'avais donné mon accord, et je ne l'avais pas vécu du coup comme une imposition. Et que de cette façon, j'ai continué d'apprendre à me taire (j’ai tendance à couper la parole…), parce que souvent, je voulais parler, et puis je me souvenais que ce n'étais pas mon tour ! Et qu’avec cette façon de travailler, j’avais vraiment l’impression de travailler avec elles, en même temps qu’elles, et pourtant chacune à notre rythme… Alors que d’habitude, je vais plus vite, je prends trop d’avance, et après je suis frustrée !!

 

Je suis ravie d’avoir pu partager avec elle ma satisfaction, ma gratitude, et de façon, nous avons pu éclaircir comment j’avais vécu l’expérience… Si je ne l’avais pas fait, elle ne l’aurait pas su… Voilà pourquoi, en plus de tout ce que j’ai décris avant, cet exercice m’a apprit l’importance d’exprimer ma gratitude, et de le faire en langage clair, en CNV, sans me contenter d’un simple ‘’merci’’, qui n’apporte pas de lumière à l’autre, et qui en plus, peut être pris pour de l’ironie, et faire l’effet inverse !

Voir les commentaires

2012-11-10T21:11:00+01:00

Ma transformation suite au stage de CNV

Publié par TimTad

Bonjour,

Je fais suite à l'expérience CNV que j'ai partagé dans cet article :

Dimanche soir, après les 4 jours de formation de Communication NonViolente (CNV), une fois mes garçons couchés, comme d'habitude, mon mari et moi, nous nous sommes retrouvés devant la télé et l'ordinateur, à coté l'un de l'autre, dans même la pièce, mais pas vraiment ensemble...

J'ai respiré un grand coup, je me sentais prête.

Après lui avoir demandé s'il regardait la télé et s'il avait 5 minutes pour discuter (il a baissé le son de la télé), je lui ai dit tout ce que j'avais observé dans la maison et puis j'ai continué :

- "Quand j'ai vu tout ce que tu avais fait, je me suis demandé si c'était pour ça que tu es si fatigué... Je me trompe ?"

- "Oui, c'est pas pour ça que je suis fatigué" m'a-t-il répondu...

- "Ah ? Ce n'est pas pour ça que tu es fatigué depuis ces 4 jours ?"

- "Non, je suis fatigué depuis les dernières vacances..." m'éclaire-il.

- "Depuis les dernières vacances ?" Je suis surprise, et je réfléchis quelques secondes... "Tu veux dire que tu es fatigué depuis qu'on est revenu de nos vacances à la montagne ?"

- "Oui".

J'étais surprise. Je ne m'attendais pas du tout à ça. Je suis allée prendre ma douche et j'ai réfléchis... Je me suis remémorée tous nos week-ends depuis ces vacances... En effet, ils avaient tous été bien remplis, entre les aménagements de notre appartement, les rangements, mon absence de deux jours pour la formation "punir bébé" à Toulouse, la préparation du vide grenier, le vide grenier, etc. etc.

Je ne m'étais pas du tout rendu compte de tout ça.

Ouah ! Merci à la CNV !

___________________________

Le lendemain soir, nous avons continué... Cette fois, je me suis tournée vers lui, je lui ai demandé son attention, et il a lui aussi tourné la chaise de son bureau pour me regarder dans les yeux... Il s'est excusé d'avoir été désagréable la veille, je lui ai expliqué qu'au contraire, ça m'avait aidé à réfléchir... En réalité, il a tout rangé et nettoyé parce qu'il aime quand c'est propre et rangé, tout simplement ! Oui, il est comme ça mon homme, je m'en souviens, maintenant, ce n'est pas nouveau qu'il range !!!! C’est moi qui avais oublié !

Nous avons discuté toute la soirée, les yeux dans les yeux...

Avant d'aller me coucher, j'ai remarqué que son humeur avait changé, j'ai lu le désir dans ses yeux, et je le lui ai dit, non, je ne lui ai demandé. Ce qui a eu pour effet de l'augmenter... Cela fait 12 ans que je suis avec lui, et cela faisait longtemps que je n'avais pas ressenti ça, que nous avions envie l'un de l'autre, en même temps, avec autant d'ardeur...

Le matin, quand je me suis réveillée avant la sonnerie de mon réveil, je l'ai rejoint dans la cuisine... Il m'a pris dans ses bras tout de suite, et quand nos regards se sont croisés, nous avions encore l'humeur de la veille, et nous sommes retournés dans notre chambre... mon mari est parti au travail 30 minutes plus tard.

http://2.bp.blogspot.com/-bdfp5f6K090/TV7eqCCetfI/AAAAAAAAAWE/lF79mqyYBRU/s1600/girafes.jpg

___________________________

Je tiens à ma famille, et c'était très important pour moi de renouer avec lui : l'année dernière, avec la fatigue et le manque de loisirs, suite à la naissance de Tadéo, 18 mois après celle de Timéo, mon mari et moi avions eu des mots durs et un tel comportement entre nous, que si ce n'était pas le père de mes enfants, je l'aurais quitté.

Je redécouvre mon mari, le père de mes enfants, l'homme que j'aime, qui m'aime. Notre couple renait de ses cendres, tel un phénix... J'en suis infiniment heureuse...

 

Il avait très peur pour moi quand je suis allée à ce stage, et aussi peur quand je parlais d'aller dans des groupes de pratique de CNV... Et derrière sa phrase "je ne veux pas que tu fasses manipuler", avant je croyais qu'il se méfiait des autres, inconnus, qu'il ne connaissait pas... Grâce à la CNV, j'ai décrypté qu'il avait peur du changement, pas peur qu'en changeant je ne l'aime plus, mais qu'il avait peur que je change, que je ne sois plus celle qu'il aime... Aujourd'hui, une semaine seulement après le stage, il est rassuré et à "100% d'accord" pour je rejoigne un groupe de pratique… il n'aurait jamais cru que la CNV pouvait me faire cet effet là !

___________________________

 

Voilà tout ce que la CNV et le stage m'ont apporté concrètement dans ma vie, ici et maintenant.

Merci aux formateurs, et aux membres du groupe, d'avoir contribuer à ce changement.

Merci à mon mari pour son soutien, sa confiance, son amour...

 

Voir les commentaires

2012-11-08T14:15:00+01:00

4 jours de formation CNV, partie 2

Publié par TimTad

Bonjour,

 

Je continue de partager mon expérience  sur la formation CNV

 

Dimanche matin, dernier jour.

Je me suis levée un peu avant mon réveil, je me sentais en pleine forme. Et quand je suis allée dans le séjour, j'ai eu un grand choc : mon balcon était vide ! Plus exactement, il était rangé. Or, le samedi précédent, j'avais participé à un vide grenier pour me débarrasser de quelques affaires, et nous n'avions pas eu le temps de ranger, et le balcon était si encombré qu'on ne pouvait plus mettre un pied devant l'autre sans se prendre les pieds dans quelque chose. Mais ce n'était pas tout : la maison entière était rangée, le ménage était fait, et en plus, il y avait des crêpes pour le petit-déjeuner !

Le choc pour moi, c'est que j'avais vu les traits tirés de mon mari, et qu'il m'avait répondu qu'il était crevé... Alors, en plus de s'occuper à temps complet de nos garçons en bas âge, il avait fait tout ça... je comprenais mieux pourquoi il était si fatigué...

Ensuite, j'ai commencé à me mettre à sa place pour essayer de comprendre pourquoi il en avait fait autant....

Et c'est là que j'ai eu un gros déclic, une prise de conscience, un gros bouleversement en moi...

J'ai réalisé que je me mettais à sa place, au lieu d'aller à sa place.

 

Pour comprendre de quoi je parle, voilà un dessin :

http://sphotos-h.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/s480x480/250244_414075931993720_1082735006_n.jpg

J'ai pris conscience que je restais de mon coté, avec ma vision, au lieu d'aller lui parler, et de l'écouter pour voir les choses de son point de vue...

Et j'ai pris la mesure de toutes les conséquences que cela a eu par le passé, à me faire toute seule des films dans ma tête : malentendus… et aussi je me suis demandée si je le connaissais vraiment, et si je n'aimais pas une image de lui que je me suis faite... J'ai aussi pensé à toute l'énergie que j'ai dépensée, gaspillée… aux soirs où je n'arrivais pas à dormir, avec mes interrogations...

 

Je suis arrivée une demi-heure d'avance pour le stage, et je suis restée dans ma voiture, à laisser toutes ces émotions m’envahir... J'en ai pleuré.

J'ai rejoint le groupe.

Comme les 3 matinées précédentes, il y a eu un tour de parole, où chacun exprime "sa météo", en une minute... J'ai expliqué que je voulais partager cette expérience, et cela me prendrait plus qu'une minute, et que je me sentais presque au bord des larmes, mais que ça irait, j'ai bien appris toute ma vie à couper mes émotions !!

Quand le tour de parole était finie, la formateur m'a redonné la parole, et j'ai raconté ce qui c'était passé plus tôt, et ce qui était en train de se passer en moi...

Un combat. J'avais peur du changement qui s'opérait en moi, et en même temps, c'est exactement ce type de changement que j'étais venue chercher...

L'exercice de pratique de la matinée était un jeu de rôle où A jouait une vraie situation de son passé, avec ses acquis de CNV. C'était mon tour d'être A, alors j'ai tout de suite annoncé que je passais mon tour : j'étais justement en train de décider de ne plus faire de films de la réalité, alors je ne voulais pas rejouer une vraie situation sans les vraies personnes...

Cela n'a posé aucun problème, chacun est libre de faire ce qu'il veut, c'est affiché sur la chartre du stage, et qui fait aussi qu'on se sent en sécurité...

Et puis aussi, j'ai beaucoup appris, et je me sentais à l'aise pour aller en parler avec mon mari en langage CNV, et j'avais hâte, même,  de lui en parler, de savoir pourquoi il avait fait tout ça, de savoir si j'avais vraiment intégré la CNV...

 

Je partagerai la prochaine fois ce qui s’est passé avec mon mari, suite à tout ça, mais un mot : bonheur !

Voir les commentaires

2012-11-07T13:05:00+01:00

4 jours de formation CNV, partie 1

Publié par TimTad

Bonjour,

 

Ca y est, j'ai suivi les deux premiers modules de Communication NonViolente, du 1er au 4 novembre à Bordeaux.

J'en ressors épanouie, je me connais mieux, j'ai eu plusieurs déclics, dont un qui m'a fait pleurer !

Je peux enfin sortir des livres, et continuer à nouveau à avancer...

 

J'ai beaucoup de choses à partager, alors je vais écrire au fur et à mesure les expériences que j'ai vécues, et ensuite je regrouperai tout dans une page structurée...

 

Samedi matin, troisième jour.

 

Exercice d'écoute "empathique", pour apprendre à écouter et savoir l'effet que ça fait d'être écouté...

La consigne : se mettre en groupe de deux personnes. A parle d'elle, d'un sujet de préférence joyeux et B écoute silencieusement (les yeux dans les yeux, interdiction de parler) pendant 5 minutes chrono. A la fin du temps, B dit à A ce qu'il a retenu d'important (pas de temps limite). Et puis ensuite, à un nouveau "top", c'est au tour de B de parler 5 minutes.

J'étais B.

La première minute, j'avais pleins de question en tête, mais je me suis retenue de les poser... Et puis, j'ai arrêté de me poser des questions… et j'ai pu enfin me concentrer sur ce que A disait, et d'essayer de retenir l’essentiel, puisque je devais ensuite le lui redire... (A parlait de son déménagement et de ses conséquences sur sa famille et sur son travail...) Quand le top de fin a retenti, les 5 minutes avaient passées très vite, et j'ai été étonnée d'avoir vraiment retenu, compris surtout, ce que A m'avait confiée bien malgré elle... A était émue... Et moi, j'étais, je suis toujours émerveillée de ce contact, si intime, si profond, où je suis entrée en relation vraie avec A... En seulement 5 minutes ! Je crois que c’est la première fois de ma vie que j’écoute sans parler pendant aussi longtemps !

Et puis, le top a retenti à nouveau... je n'étais pas prête ! J'étais encore dans l'histoire de A, et il m’a fallait du temps pour me recentrer sur moi ! C'est la première fois que je ressentais ça.  

Après avoir respiré un grand coup pour me déconnecter de A, j'ai parlé, moi aussi, de mon déménagement et des ses conséquences... Je me sentais vraiment écoutée, entendue, comprise, et du coup, je continuais de raconter des choses intimes, de plus en plus en grave, et même dramatiques de ce qui m'arrive en ce moment.... Je faisais la lumière sur ce qui est important pour moi, mes priorités... Je mettais de l’ordre dans ma tête…

Et puis, A m'a posé une petite question. Rien d'important, juste une précision sur le travail de mon époux, pour qu'elle puisse mieux comprendre peut-être...

L'effet sur moi a été riches d'enseignements. Je me suis rendue compte que j'avais complètement perdu le fil de mes pensées. Je me suis rendue compte que je disais oralement ma pensée précédente, et donc que je pensais déjà à la phrase suivante au moment où je parlais... Et pour répondre à cette question, j’ai dû revenir en arrière… Et pour autant, étonnamment, je ne pensais pas à plus d'une pensée à l’avance, c'est à dire que je ne savais pas où j'allais dans le cheminement de ma pensée... Je me suis rappelée les fois où une personne parle, parle, et où je l’ai coupée pour lui demander : "Mais où tu veux en venir ?"…  Cette expérience m’a appris que je ne savais pas du tout où mes pensées me conduiraient... C'est seulement au moment où je peux dire oralement ce qui me passe par la tête, et où je me sens entendue, que je peux avancer et éclaircir mes idées ...

C'est pour moi une vraie révélation, un vrai déclic. Il faut le vivre pour comprendre vraiment, pour le ressentir dans son corps.

J'ai repris ma phrase précédente et puis mes pensées m'ont conduit sur un autre chemin…

A la fin du temps, A avait un peu de mal à trouver les mots pour résumer, en terme de besoins et sentiments, ce que je lui avais dit, mais peut importe, elle m’avait écoutée, vraiment écoutée… et c’est fou le bien que ça m’a fait !

Voir les commentaires

2012-07-11T13:52:00+02:00

Des livres pour les enfants !

Publié par TimTad

Bonjour !

 

D'abord, je tenais à remercier toutes les personnes qui m'ont écrit des commentaires, car cela me fait très plaisir de les lire !

 

Aujoud'hui, j'ai un tout petit de temps, alors je vais parler des livres pour enfants, en CNV.

j'en ai acheté à noël dernier, et Timéo les ADORE !

 

Vous trouverez une présentation des livres, ainsi qu'un bon de commande à cette adresse :

http://nvc-europe.org/SPIP/-Livres-

Il faut imprimer le bon de commande avec un chèque. Ce n'est pas très pratique, mais c'est un bénévole de l'association qui s'en occupe, et cela évite des frais je pense. Pesonnellement, j'ai d'abord envoyer un mail pour m'assurer de la disponibilité des livres, et j'ai renvoyé ensuite le bon de commande. Deux semaines après, comme je n'avais pas de nouvelles, le bénévole, Mr RUIZ, m'a répondu par mail qu'il avait pris un peu de retard, et trois jours après j'ai reçu les livres ! Et mon chèque n'a été encaissé qu'un mois après...

 

Il y a aussi un pdf de présentation ici.

 

Enfin bref, je vais vous présenter les livres que j'ai. Je les recommande vivement !

Ceux que Tim a préféré quand il avait 2 ans et demi, c'est la collection Clément et sa soeur Louise j'en ai 6 sur les 9). j'ai une centaine de livres, et pourtant, il voulait les lire encore et encore, et encore ! Il les aime toujours autant aujourd'hui,

Il commence à lire les livres d'Emile (j'ai les trois).

Il y a aussi les 2 livres de Simon le Caneton, cartonné, et c'est plus Tadéo, un peu avant ses 18 mois, qui les a aimé, mais sans plus pour le moment.

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui, j'entends un bébé pleurait...

Voir les commentaires

2011-11-04T13:13:00+01:00

Améliorier les outils de communication... suite !

Publié par TimTad

Bonjour,

 

Les livres du Dr Thomas GORDON sont axés sur la relation entre les personnes, et certains plus particulièrement sur la relation parent-enfant.

 

Ma plus grande difficulté, et ce qui me demande le plus de temps, c'est changer ma façon de parler :

  • D'abord, il y a eu les premières fois où je disais à mon fils "Tu m'embêtes", et après coup, je réfléchissais… Comment remplacer cette phrase en commençant par un message-je ?...
  • Ensuite, il y eu les premières fois où je lui disais "je suis occupée"... sur le coup, je ne trouvais pas ma phrase naturelle, mais j'étais contente de moi.
  • Et enfin, ce genre de messages-je est devenu naturel, sans que j’ai besoin d’y réfléchir.

 

J'ai écrit dans ce blog un certain nombre de mes succès. Mais il y a aussi les échecs. Je me suis concentrée sur mes succès pour avancer... et puis j'en suis arrivée à un moment où je ne progressais plus, j'étais bloquée… comme je l'ai écrit dans cet article.

 

J'ai cherché une autre méthode, axée sur la communication.

 

J'ai choisi la Communication NonViolente, et j'ai lu le livre :

"Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs),
Introduction à la Communication NonViolente"
,

écrit par Marshall ROSENBERG.

 

J'ai dévoré le livre en 3 soirées ! Il donne les outils permettant de se reconnecter à nous-même, à nos sentiments et à ce qu'on ressent.

Je peux à nouveau continuer d'avancer et de progresser.

 

Je recommande vivement ce livre si vous rencontrez également des difficultés pour formuler vos messages-je, ou pour apprendre l’écoute active, et l'empathie.

 

Voir les commentaires

2011-11-03T13:50:00+01:00

Ruth Bebermeyer

Publié par TimTad

Bonjour,

 

Je prépare une page spéciale sur la Communication NonViolente.

 

En attendant, je vous propose de découvrir (ou redécouvrir) les paroles de certaines chansons de Ruth Bebermeyer.

 

Bonne journée.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog