Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2011-06-11T13:42:00+02:00

Crise dès le matin : merci aux signes !

Publié par TimTad

Bonjour,

 

Hier matin, j'étais en train de prendre mon petit-déjeuner avec Timéo.

Comme d'habitude, il boit sa première tasse de lait, mange un peu sa tartine, pendant que sa deuxième tasse de lait chauffe...

Je lui donne sa tasse.

Il la prend, mais ne la boit pas : il la pose sur la table !

Il imite le son quand on avale, et pointe du doigt ce qu'il y a devant lui.

Pensant qu'il voulait du jus de fruit, je me lève, lui ramène un verre et le sert.

Mais il n'en veux pas, et continue de pointer devant lui.

Il y a pleins de choses devant lui ; on mange sur table/bar face à la cuisine US, et ma table est bien encombrée…

Moi : "Je ne sais pas ce que tu veux."

Il insiste, s'énerve et commence à gémir...

Il a un problème, je devrais utiliser l'écoute active pour comprendre son besoin, dans ce genre de situation, cela s'apparente à jouer aux devinettes... mais, j'ai été réveillée 4 fois la nuit précédente, entre lui et son frère, et je n'étais pas d'humeur.

Moi : "Je ne sais pas ce que tu veux, tu as ton lait, ton jus de fruit et ta tartine".

Il commence à crier et à s'agiter dans tous les sens.

J'ai maintenant également un problème, puisqu'il m'emchêche de manger, et fait du bruit, j'utilise alors un message-je :

Moi : "J'aimerai manger, j'ai faim. S'il te plait, arrête de crier, j'aimerai manger dans le calme !"

Il continue de crier.

Je soupire, et je continue à manger, en essayant de l'ignorer.

Puis je le vois lever sa main, et faire un signe.

Je le regarde. Son signe ressemble à "eau". Mais il ne l'a jamais utilisé auparavant. De plus, il ne boit pas d'eau le matin...

Moi, septique : "Tu veux de l'eau ?"

Il se calme un peu.

Moi, les yeux ronds : "Ah bon, tu veux de l'eau ?"

Il est complétement calmé, et fait un grand "oui" de la tête avec un petit sourire !

Alors je vais chercher un autre verre, que je remplie d'eau !

Conflit résolu : il est content et boit ; et j'ai pu finir le mien dans le calme.

 

 

 Merci aux signes !

Voir les commentaires

2011-06-10T13:34:00+02:00

Gros pleurs à la ludothèque

Publié par TimTad

Bonjour,

 

Hier, je suis allée dans un lieu d'accueil parents-enfants, où je me rends régulièrement depuis un an.

Timéo jouait, et faisait sa vie, comme d'habitude.

Je m'étais attachée les cheveux avec trois petites broches, et l'une d'entre-elles est tombée. Je les ai toutes enlevées, et je les ai gardées dans ma main.

Tadéo s'est endormi dans mes bras.

Timéo est venu me voir, et il a voulu regarder mes broches ; je l'ai laissé m'en prendre une, en pensant qu'après avoir satisfait sa curiosité, il me la rendrait, comme il fait souvent...

Mais il l'a mise à la bouche.

Moi : "Non, Timéo, ne la met pas bouche."

Il n'avait aucune intention de me la rendre. Il s'est éloigné vers le coin cuisine.

Son comportement devient inacceptable, j'ai un problème, alors j'utilise un message-je :

Moi : "Elle est fragile, j'ai peur que tu la casses sans faire exprès..."

Avec le brouhaha général, je ne suis pas sûre qu'il m'a entendue.

Je me lève doucement ; Tadéo dormant toujours dans mes bras...

En me voyant m'approcher, Tim a mis ma petite broche dorée dans le four-jouet et l'a vite refermé !

J'ouvre le four, mais Tim la récupère avant moi !

Il commençait à s'agiter, alors je la lui ai reprise des mains, contre sa volonté.

Je me suis servie de la Première Méthode, la méthode autoritaire, je gagne, et lui perd... Mais je ne voulais pas prendre le risque qu'il casse ma broche !

Timéo s'est fâché : il s'est jeté par terre délicatement (pour ne pas se faire mal !) et s'est mis à crier, et à hurler ! Il s'est roulé par terre, et tapait des pieds, tout en hurlant !

 

Une animatrice (la préférée de Tim) a voulu lui parler, mais je l'ai stoppée, car mon fils n'était pas en état d'écouter quoi que ce soit, ou qui que ce soit, et qu'il fallait juste le laisser s'exprimer... sans intervenir.

J'ai brièvement raconté que je lui avais repris ma broche des mains, pour montrer que tout était sous mon contrôle.

Les autres enfants continuaient de jouer, imperturbables !

 

De mon côté, je me suis rassise, Tad toujours dans mes bras. Il s'est réveillé avec un sourire.

Cela faisait une minute max que Timéo avait commencé à s'énerver. Et je le voyais reculer petit à petit : il allait se cogner la tête dans les meubles de la cuisine-jouet.

J'ai posé mon cadet dans un transat, avec un jouet.

Puis je suis allée voir mon ainé, toujours en train de tempêter, tout en se cognant la tête involontairement.

 

Voyant qu'il n'arriverait pas à se calmer tout seul, qu'il se faisait mal et qu’il ne se contrôlait plus, Je suis intervenue rapidement.

Je me suis approchée de lui, et je me suis agenouillée à sa hauteur.

Cette fois, le problème lui appartenait, alors j'ai utilisé l'écoute active :

Je lui ai signé "câlin", pour qu'il comprenne ce que je murmurais, et qu'il ne pouvait entendre : "Tu as besoin d'un câlin"

Tout de suite, tout en pleurant et en essayant sans succès de se calmer, il s'est levé, et s'est approché de moi.

Puis il a mis ses deux bras autour de mes épaules.

Je l'ai pris dans mes bras, (et je me suis placée de façon à ce que Tad puisse nous voir.. )

 

[Depuis le début des pleurs de mon fils, il s'était écoulé moins de cinq minutes.]

 

Il s'est calmé tout de suite, mais il continuait de pleurer doucement. Je sentais son cœur battre très fort, et sa respiration encore un peu saccadée.

Au bout de quelques minutes, j'ai continué l'écoute active :

Moi : "Tu t'es fait mal à la tête. Tu étais en colère, et sans faire exprès, tu t'es cogné la tête et tu t'es fait mal. Tu étais en colère parce que je t'ai arraché ma broche des mains, parce que j'avais peur que tu la casses sans faire exprès."

Il s'est un peu décollé pour me regarder, il a respiré un bon coup, et a touché sa tête, dit des "tada data » et des "aie" etc.

Puis il a signé "oui" de la tête avec un tout petit sourire, et a reposé sa tête tout contre mon épaule.

Sa respiration était encore un petit peu saccadée.

Je suis allée ranger mes broches dans mon sac, et je suis revenue près de tad, Timéo toujours dans mes bras.

Tim gémissait toujours, mais sa respiration était redevenue normale.

Je me suis mise à chanter doucement la chanson sur les abeilles, où à la fin je le pique.

J'ai entendu un tout petit rire, alors j'ai recommencé à chanter... 6 fois !

 

Après je l'ai reposé par terre, le moment des chansons avant de se quitter était venu, et Tim est allé s'asseoir tranquillement.

Voir les commentaires

2011-06-09T20:37:00+02:00

Proposé 3 fois au prix Nobel de la Paix

Publié par TimTad

Bonjour,

 

Aujourd'hui, je vous propose de découvrir qui était le Docteur Thomas GORDON.

 

Vous trouverez sa bibliographie sur cette page.

 

Bonne lecture.

 

Voir les commentaires

2011-06-08T14:52:00+02:00

La guerre des repas !

Publié par TimTad

Bonjour,

 

Je réponds à une question aujourd'hui (merci à la personne concernée), en réaction à cet article "Mort d'un enfant forcé à manger : la nourrice au tribunal.

 

 

Avant, pour "faire manger" Timéo, c'était un peu la guerre... Mais ça ne l'est plus. Voilà quelques techniques, issue de mon expérience :

 

  • Je mange la même chose que lui.
    Et les fois où j'ai quelque chose de différent, il veut y goûter... au point de refuser de manger le reste !
    Parfois, je fais exprès de mettre dans seulement mon assiette ce que je veux qu'il goûte... il mord à l'hameçon presqu'à chaque fois. Mais en principe, il goûte de lui-même à tout :

    Pendant les vacances à la mer du mois dernier, sa mamie a acheté du surumi. Il a goûté une fois, et a fait une mine de dégoût en disant "ha ha!" d'un air qui voulait dire clairement qu'il n'aimait pas, et qu'il allait peut-être recraché. Puis, il a encore goûter, pour finalement éloigné le surumi de son assiette en faisant "non" de la tête ! Son père et moi avons bien ri.

    Et le lendemain, lors d'un pique-nique, il y a goûté à nouveau, et a mangé le surumi ! Bon, il n'en a pas redemandé non plus, mais il en a mangé un en entier quand même !

 

  • J'ai instauré un "en-cas" en milieu de matinée, quand son frère dort. On n'y mange que des fruits et légumes crus. J'autorise par ailleurs leur grignotage à n'importe quelle heure.

    La semaine dernière, il a voulu mangé du brocoli ! Je l'ai laissé goûter cru (je n'avais pas encore commencé à cuisiner)... Résultat : il adore ! Du coup, j'ai goûté aussi... J'aime également !


    Et l'avantage, c'est qu'après, pendant le déjeuner, il peut laisser ce qu'il veut dans son assiette, ça ne me gène pas. Et il parait que c'est mieux de manger les légumes et les fruits en dehors des repas, pour la digestion et l'absorption des vitamines...

 

  • Je laisse sur la table, en vue, des fruits et/ou légumes, parfois déjà coupés/épluché et prêts à être mangés, et je range toujours les gateaux

 

  • Je fais, quand c'est possible, les courses en deux fois, pour que ce ne soit pas trop long, et je l'emmène avec moi aux rayons frais.

 

  • Je cuisine devant lui.
    Je l'installe de façon à ce qu'il puisse me voir. Sinon, il s'ennuie et peut piquer une crise, ce qui m'énerverait...
    On est tous les deux gagnants : je cuisine tranquillement, pendant qu'il me regarde, fais un dessin, ou grignotte les légumes crus !

 

  • J'achète des produits que je n'aime pas, juste pour lui faire goûter. C'est ainsi que j'ai découvert qu'il adore le jus de carottes ! Moi, je n'aime toujours pas !

    Il s'est roulé par terre, pas plus tard que ce matin, quand j'ai rangé le lait au frigo ! Il avait un problème. J'ai cru qu'il voulait encore du lait, "Tu veux boire encore du lait... Non."... Mais il a insisté et a crié plus fort, alors j'en ai déduit que je me suis trompée sur sa demande (sinon, il aurait pleuré de frustration..). J'ai fini pour ouvrir le frigo pour voir ce qu'il voulait, et il m'a montré la bouteille de jus de carotte ! Il en a bu trois verres à la suite !

 

  • Je lui fais confiance. Je le laisse gérer son appétit, et je le laisse s'équilibrer tout seul, sans insister sur les légumes en particulier... mais sur tout le contenu de l'assiette, ou alors sur rien et je lui propose un laitage et un fruit/compote. Je garde en tête qu'il s'équilibre sur la journée, et sur toute la semaine. Je ne le force jamais, même s'il ne mange presque rien.

    Il y a moins d'un mois, il n'a quasiment pas mangé au dîner (trop occupé à jouer !). Mais il avait mangé normalement le reste de la journée.
    Son père était inquiet, il avait peur qu'il ait faim cette nuit, et que la faim le réveille, surtout qu'il ne pèse pas lourd ( un peu plus de 9 kilos), et que "moins on mange, moins on mange" et c'est un cercle vicieux qui peut commencer.
    Mais moi, je n'étais pas inquiète, car contrairement à lui, je le vois manger à tous les repas, et pas seulement le soir et le week-end.
    De plus, que Timéo fasse l'expérience de la faim ne me gène pas (bon, sauf s'il me réveille en pleine nuit). Il me semble même que c'est une étape importante, pour qu'il reconnaisse la faim. C'est pour la même raison que je ne le force jamais à manger, pour ne pas fausser son ressenti, lorsqu'il est repu, qu'il apprenne par lui-même à manger à sa faim, et pas jusqu'à ce qu'il soit calé...
    Le problème appartenait à mon mari, mais pas à mon fils, et ni à moi. C'était donc à mon mari de s'en occuper, alors je n'ai fait de particulier.
    Le matin suivant, Timéo s'est réveillé une heure plus tôt, en réclamant tout de suite son lait. Je lui ai dit : "Tu as faim, tu veux ton lait, mais ce n'est pas encore l'heure de se lever, je vais te poser dans ton lit pout que tu te rendorme... Il a fait "non". de la tête et a de nouveau réclamer son lait ! Je lui ai répondu : "Je suis fatiguée, je vais retourner me coucher dans mon lit et me rendormir, j'ai besoin de dormir..." . Je l'ai posé dans son lit ; il a protesté et pleurer une ou deux minutes, puis il s'est rendormi... une demi-heure !
    On s'est donc levé un peu plus tôt que d'habitude. Il n'a pas petit-déjeuné plus qu'habituellement.
    Le soir venu, Timéo jouait à nouveau, et n'avait pas plus mangé que la veille. Je lui ai alors expliqué :

    - Timéo, tu te souviens, ce matin, tu t'es réveillé plus tôt, parce que tu avais très faim. C'est peut-être parce que tu n'avais pas assez mangé la veille ? Tu es sûr que tu ne veux pas manger plus ? Sinon, tu risques d'avoir faim demain matin, et de devoir encore attendre que ce soit l'heure de se lever...
    Il a congité quelques secondes, puis il a prit sa fourchette et a avalé quelques pâtes de plus, et il a roté juste derrière ! Mais il n'avait plus faim du tout pour le reste (laitage et fruit).
    Il s'est réveillé le lendemain matin à l'heure habituelle.

 

 

 

Voir les commentaires

2011-06-07T12:38:00+02:00

Il rappelle le soir... suite !

Publié par TimTad

Bonjour,

 

Hier soir, j'ai couché comme d'habitude.

Pendant le JT, j'ai entendu Timéo. Mais il ne pleurait pas : il chantait !

Et ce qui m'a fait sourire, c'est qu'il chante fort !

Je n'ai rien dit ; il ne m'empêchait pas d'entendre la télé, et il ne réveillait pas non plus son frère. Alors qu'il chante aussi fort qu'il veut !

Il s'est endormi tout seul. :)

 

Plus tard, quand je suis montée à l'étage me couchait. Et je l'ai entendu, d'un coup, qui s'est mis à pleurer très fort.

Je suis allée le voir. Il était replié sur lui-même !

Il a tendu ses doigts vers moi pour me les montrer.

Je les ai touchés, et j'ai senti de l'humidité... le pauvre ! Il avait dû gratter sa jambe, son eczéma jusqu'au sang.

Je l'ai alors pris dans mes bras. Il pleurait plus doucement. Il avait un problème, alors j'ai utilisé l'écoute active

Moi : "Tu t'es gratté, tu as saigné et tu as mal. Tu ne voulais pas te gratter, mais tu n'as pas pu t'en empêcher. Je suis désolé, je ne peux rien faire de plus pour toi, mais demain, on va voir un docteur, un dermatologue, qui pourra t'aider."

Il s'est arrêté de pleurer. Il a entr’aperçu son père.

Moi : "papa est parti se coucher. J'allais moi-aussi me coucher, je suis fatiguée. Je peux te poser dans ton lit ?"

Il s'est frotté contre moi.

Moi : "Tu veux encore un câlin ? D’accord".

J'ai attendu quelques minutes, puis, je lui ai à nouveau demandé, avec un message-je :

Moi : "C'est bon ? Je peux te poser dans ton lit ? Je suis fatiguée, j'ai besoin de dormir et j'aimerai aller me coucher."

Il s'est écarté de moi. Alors je l'ai posé dans son lit et je l'ai bordé.

Il a dormi jusqu'au matin.

L'écoute active et les messages-je ont été efficaces.

 

Quand je suis lui allée dans sa chambre le lendemain matin, j'ai vu ses draps et le contour de son lit plein de sang !

J'en avais presque les larmes aux yeux.

Je veux "croire" qu'il se gratte parfois par ennui ou par réflexe, mais en pleine nuit ?

 

Je l'emmène voir dans un quart d'heure le dermato.

J'espère qu'il pourra le soulager. J’ai arrêté de le gronder et de lui crier dessus quand il gratte, puisqu’il se gratte quand même, et qu’il comprend que ça lui fait mal. C’est juste qu’il ne peut pas s’en empêcher, ce que je comprends.

 

 

AJOUT du 17 juin :

Il avait un impetigo.

On a continué les antibiotiques, avec en plus une nouvelle crème après le bain, un savon surgras, et des gouttes antibiotiques à appliquer avec un coton le matin...

Aujourd'hui, on ne voit presque plus rien, je suis soulagée.

Voir les commentaires

2011-06-05T07:51:00+02:00

Il rappelle plusieurs fois le soir... encore et encore !

Publié par TimTad

Bonjour,

 

Jeudi, j'ai couché Timéo comme d'habitude, après son petit rituel, et ses chansons.

Bon, la plupart du temps, il s'endort "sans histoire".

Mais pas ce soir-là.

 

Je l'entends crier.

Mon époux monte à l'étage pour le voir.

J'entends des cris... et quelques instant après, mon mari redescend, énervé.

Timéo pleure et cri toujours.

Au bout d'un moment (5 minutes peut-être), son père monte à nouveau le voir.

Plus de bruit.

Puis mon mari me rejoint... mais à peine en bas, Timéo se remet à crier !

 

J'évite de me mêler de leur affaire, en général (ou en tout cas j'essaie), mais là, je demande à mon mari ce qui se passe.

Il ne sait pas trop, notre fils lui demande de chanter encore et encore, fait des gestes avec sa main qu'il ne comprend pas, et appelle maman.

 

Je décide d'aller dans la chambre de mon petit garçon.

Mais dès qu'il me voit, il hurle "papa ! papa !".

J'essaie d'appliquer la méthode Gordon, avec de l'écoute active pour safisfaire son besoin et régler son problème, et des messages-je, pour régler mon problème : je n'ai pas envie d'y passer la soirée (c'est les inédits de desperate housewife que je suis en train de rater !!)

 

Moi : "Tu veux que ce soit papa qui vienne ?"

Il signe oui en se calmant 2 secondes.

Moi : "tu veux que papa vienne te voir encore. Mais il ne va pas venir, vous vous êtes énervé tous les deux, et papa ne veux plus venir ce soir, il a envie de regarder la télé"

Il se remet à hurler et à appeler papa.

Moi : "Tu veux que papa vienne, mais il ne viendra pas, et ça te met en colère"

Il hurle encore plus fort.

Moi : "tu veux que je m'en ailles ?"

Il signe oui en pleurant plus doucement.

Je fais quelques pas vers la porte, et il crie plus fort en appelant "maman !"

Je reviens vers lui, un peu énervée parce que c'est long ; je suis obligée d'attendre qu'il se calme un peu avant chacune de mes phrases, sinon il ne m'entendrait pas !

Il se lève.

Je soupire et je le prends dans mes bras.

Moi :" Timéo, il tard, c'est l'heure de dormir pour toi, tu as besoin de sommeil. Et moi, ce soir, j'aimerai regarder la télé et passer un peu de temps avec papa. Mais je ne peux pas quand tu pleures et que papa ou moi, on monte te voir, encore et encore. Et en plus, j'ai peur que tu réveilles Tadéo. C'est désagréable d'être réveillé par des cris, et il va pleurer, et je vais devoir aller l'aider à se rendormir, encore. Et je ne veux pas passer ma soirée à ça. Alors s'il te plaît, arrête de pleurer."

A ce moment, j'étais calmée. Les "messages-je" sont efficaces pour nous aider à nous calmer nous aussi, ça fait du bien de dire ce qu'on pense, et je suis sûre qu'il m'a comprise.

A ce moment-là, donc, je me suis rendue compte que j'ai émis beaucoup de message-je, et qu'il était temps de passer à l'écoute active. J'ai enchaîné, après une demi-seconde de réflexion :

Moi : "Tu as du mal à t'endormir. Il faut chaud et lourd. Tu voudrais bien dormir, mais tu n’y arrives pas. Et tu ne cherches pas du tout à nous embêter papa et moi. Tu veux simplement qu'on t'aide à t'endormir, comme ton frère."

Il s'arrête complètement de pleurer et signe oui.

A qui appartient le problème ? A tous les deux, donc je dois utiliser la résolution de conflit. Je vais proposer une solution, qu'il va accepter :

Moi : "Je comprends. Pour t'endormir, tu pourrais peut-être chanter tout seul ?"

Il me regarde et commence "cot cot cot cot" et "ah ! crrr crrrr" (pour ah les crocodiles :) )

Moi : "C'est bon ? Je peux te poser dans ton lit et retourner en bas avec papa ?"

Il s'écarte pour me donner son accord.

Je le pose dans son lit, je le borde. Il chante toujours... et rigole même !

Je sors de sa chambre, et je redescends.

Mon mari m'a demandé comment j'avais fait pour le calmer, et ce qu'il voulait et qu'il n'avait pas compris ?!

 

Timéo n'a plus rappelé.

En tout cas, pas ce soir-là, ni le lendemain XD

Voir les commentaires

2011-06-04T14:38:00+02:00

Plusieurs yaourts !

Publié par TimTad

Bonjour,

 

 

Quand Timéo mange, il veut aussi jouer ! Il prend ce qu'il y a dans son assiette, ou son yaourt, et le jette par terre !

J'ai un problème, alors j'ai émis un message-je :

"Timéo, je suis obligée de passer l'aspirateur quand tu jettes tout par terre, et je n'aime pas ça !"

Alors il a mit sa nourriture sur la table...  Entrant ainsi, tout seul, dans la résolution de conflit, en me proposant une solution... que j'ai refusée, en lui expliquant par un autre message-je

"Quand tu mets tout sur la table, ça me gène aussi, car je suis obligée de nettoyer la table..."

Ensuite, il a transvasé sa nourriture dans son bavoir (nouvelle proposition de solution), en m'interrogeant du regard(pour que je l'évalue)... 

Je lui souris, et il a comprit que j'acceptais cette solution.

 

Quand il mange, il trempe souvent sa fourchette dans son verre ! Et comme il boit derrière son eau, sans que cela le gène, je le laisse faire.

 

A la fin d'un repas, Timéo prend souvent un yaourt, et une compote.

Avant, je lui donnais d'abord son yaourt nature, et ensuite la compote.

Maintenant, je lui donne le yaourt et la compote en même temps, avec en plus un petit bol pour faire ses mélanges.

Il fait attention à ne pas en mettre par terre, ni sur la table. Et quand cela arrive (souvent), je ne dis rien, sauf si je vois qu'il fait clairement exprès, pour voir ma réaction... Et quand je lui dis "pas sur la table", comme il s'y attentait, il rigole, content, et répête "non, non, non". Puis continue en faisant attention... la plupart du temps !

 

Bon, je suis toujours obligée de nettoyer toute la table, sa chaise et par terre après chaque repas, hein.

Mais on est content tous les deux.

 

Parfois, je lui dis "regarde, il y a du riz par terre, et je vais devoir passer l'aspirateur". Et après manger, il passe l'aspirateur avec son aspirateur-jouet, qui fait autant de bruit qu'un vrai... mais qui n'aspire pas ! Dommage !

Je songe à lui en acheter un vrai petit... !

Voir les commentaires

2011-06-03T13:09:00+02:00

Les soins

Publié par TimTad

Bonjour,

 

Timéo fait de l'eczéma.

Il se gratte, beaucoup.

Je lui ai expliqué pourquoi il ne devait pas se gratter, et je pense qu'il a comprit.
C'est difficile de s'empêcher de se gratter, encore plus pour un bébé...

Il s'est gratté jusqu'au sang pendant une nuit, derrière la jambe, sous le genou.

Le mieux est de laisser la plaie à l'air, mais Timéo se grattait, et j'avais peur que la plaie s'infecte.

Alors je lui ai fait un pansement... mais la plaie ne guérissait pas.

Et dès que je laissais la plaie un peu à l'air, même dans mes bras, il se grattait.

Le problème : la crôute se formait en partie sur la compresse stérile, et dès que je chanchais son pansement, j'arrachais aussi une partie de la crôute. Et rapidement, la plaie a doublée de volume !

La deuxième semaine, j'en ai parlé à d'autres mamans, dans un lieu de rencontre "parents-enfants". On m'a conseillé de mettre une tulle grasse, pour éviter d'arracher la crôute. Ce qui marchait bien, à condition de changer régulièrement le pansement. Or il y avait un autre problème : le sparadra abimait petit à petit la peau de mon petit garçon ! Et c'est tout le bas de sa jambe que je devais protéger !

Je suis allée chez la pédiatre, le vendredi, juste avant de partir une semaine en vacances à la mer.

La plaie n'était pas infectée, bonne nouvelle. En revanche, il fallait éviter l'eau salée, tout en laissant la plaie à l'air... Et Timéo continuait de se grattait !

De plus, il a eu d'autres poussée d'eczéma un peu partout ! (peut-être dû au soleil ?)

Je suis à nouveau retournée voir la pédiatre mercredi.

Sa première poussée sous le genou est surinfectée. Il est sous antibiotique pour dix jours. De plus, il verra un dermatologue mardi.

 

Il est grognon, fatigué, se réveille la nuit... Et en plus, comme c'est la troisième semaine que ça dure, le grattage est devenu, pour lui, un moyen "efficace" d'attirer l'attention !

De mon coté, révéllée souvent la nuit par son frère et lui, je suis fatiguée. Je dois continuer de faire les cartons pour le déménagement prévu pour dans quelques semaines...

 

La méthode GORDON, c'est surtout des outils pour améliorer la communication.

Au début, c'était efficace.

Maintenant, je passe beaucoup de temps à lui crier "non Timéo", "Arrête de te gratter". Je dois aussi intervenir physiquement, et pour l'en empêcher... Et comme on est fatigué tous les deux, on s'emporte vite ; lui pleure beaucoup, et moi je crie.

 

Parfois, il refuse que je le soigne.

Et dans dans ce cas, je suis obligée de le forcer.

Je commence toujours par des message-je, des explications (qu'il connait déjà), j'essaie de négocier, de le distraire...

Quand il refuse de s'habiller (par exemple), je le laisse "traîner" un peu (sauf quand on n'a pas le temps) et décider lui-même quand je l'habille. Ou parfois, le conflit dure quelques jours, ou semaines, le temps de trouver une solution acceptable pour nous deux.

Mais quand il s'agit de le soigner, c'est impossible. Je déteste devoir employer ma force physique, et être "brute" pour le contraindre.Mais je n'ai pas trouvé, à ce jour, d'autres moyens... quand le reste échoue.

 

 

J'espère qu'il va vite guérir, pour sa santé.. et aussi pour qu'on retrouve une relation quotidienne plus seraine, avec moins de pleurs, et moins de cris... En attentant, j'essaie de garder le sourire !

Voir les commentaires

2011-05-30T21:51:00+02:00

Bienvenue sur mon "nouveau" blog.

Publié par TimTad

Bonjour !

Aujourd'hui, je déménage mon blog ici.


Vous pouvez me laissez un commentaire, une question... je vous répondrai et vous serez avertis par mail d'une réponse, si vous le désirez.


Je n'ai pas encore terminé de le mettre en page... Cela me prendra peut-être quelques jours.

A bientôt

TimTad

Voir les commentaires

2011-05-29T21:37:00+02:00

Il s'est fait mal ! - L'écoute active -

Publié par TimTad

Bonjour,

Hier soir, j'étais en train de donner la tétée à mon bébé, quand mon aîné m'a appelée tout doucement.

Je précise que depuis 2 semaines, Timéo fait des efforts pour attirer mon attention en m'appelant "maman" avec une belle voix, plutôt qu'en gémissant avec une voix aigüe... ce qui me posait un problème. J'ai utilisé un message-je : "Mon chéri, quand tu cries comme ça pour attirer mon attention, ça m'énerve, et ensuite, moi aussi je crie... et je ne veux pas crier sur toit. Je préfère que tu m'appelles doucement "maman", comme ça, je te réponds avec un sourire".

Bref, je l'entends m'appeler.
Je lui réponds "oui mon chéri ?" en essayant de le voir, mais il était en partie caché derrière un meuble.
Je voyais seulement qu'il était sur sa grande peluche chien, en train de le chevaucher, et je pensais qu'il s'amusait à sauter dessus.
Mais il a continué à m'appeler tranquillement, mais en insistant : "ma-man... ma-man..."
J'essaie de le regarder à nouveau, et je le vois en train de tomber ! J'appelle mon mari (en train de cuisiner dans notre cuisine US, donc juste à coté), mais trop tard, Timéo est tombé en arrière, et sa tête a cogné le carrelage ! On a entendu un grand "bam" !

Il pleure tout de suite, et quand son père veut le prendre dans ses bras et le consoler, il crie plus fort, et hurle "maman".
Mon époux lui propose des granulés d'arnica (ça marche bien en général...) mais notre fils les refuse, et me regarde, contrarié que je ne vienne pas le consoler, repoussant son père, et pleurant encore plus fort...

Il m'a semblé qu'il avait vraiment besoin de moi, alors je suis intervenue.
Non pas que j'ai "cédé" à une crise de larme, mais j'ai pensé que son besoin, sur le moment, était très fort, et donc prioritaire.

J'ai passé Tadéo à son père, qui l'a rassuré en lui disant qu'il allait pouvoir encore téter après,tout en le portant de façon à ce qu'il pouvait nous observer. Tadéo a patienté.

De mon coté, j'ai pris mon grand dans mes bras, il avait un problème, alors j'ai pratiqué l'écoute active :
"Oh, tu es tombé du doudou chien. Tu as eu peur, tu es tombé et tu t'es fait mal. Tu as vu que tu allais tomber, et tu m'as appelée pour que je vienne t'aider, mais je ne suis pas venue, et tu es tombé ! Ta tête a touché le carrelage et tu as mal."
Il s'arrête de pleurer pour confirmer ; il montre la peluche, bredouille aie aie en touchant sa tête, dit "maman" et "aie" en gémissant !
Je lui propose alors de l'arnica, qu'il veut bien prendre...
Encore un câlin d'une petite minute pendant laquelle il ne pleure pas.
Je lui demande si ça va mieux ; il signe "oui" de la tête.
Je lui explique : "Tadéo a encore faim, il était en train de manger, tu veux bien retourner jouer ou faire un câlin à papa pour que je puisse donner la tétée à Tad ? Papa ne peut pas, il n'a pas de lait !"
Il me répond en imitant le bruit de l'aspiration quand on boit, et montre son frère, signe oui, et me pousse pour descendre.

Je reprends mon cadet pour la tétée.

Fin de la crise, qui aura durée 3 minutes, pas plus !



Quelques minutes plus tard, mon fils jouait tranquillement, mon mari continuait de cuisiner, et Tadéo tétait en s'endormant !
Le moment m'a paru propice pour les conseils.

Les conseils font partie des 12 obstacles à la communication si on les prodigue au moment où l'enfant a un problème.
Mais quand on se situe dans un moment sans problème, ni pour le parent, ni pour l'enfant, les conseils ne bloquent pas la communication.

J'ai conseillé à mon fils de m'appeler plus fort, plus vite, et de dire "aie aie aie" quand il a besoin d'aide, pour que je sache que c'est urgent ! Et que je l'aide !
Il a cogité un moment... et a montré plusieurs fois la grosse peluche, en essayant de répéter "maman" plus fort et en gémissant "aie aie" !
Ce matin, au petit déjeuner, il a de nouveau montré la peluche et a répéter plus fort "maman, aie aie aie !"
Je pense qu'il a compris...

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog