Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

2012-09-30T14:30:00+02:00

"Je veux pas aller à l'école !" partie 2

Publié par TimTad

Bonjour,

 

J'ai tant de choses à écrire, et si peu de temps pour le faire ! 

Je continue de vous raconter l'aventure de la rentrée d'école de Timéo, que j'ai commencé dans cet article et que je viens de corriger...

 

____________

Mardi soir, alors que mon mari donnait le bain à nos fils et je préparais le repas, j'ai entendu Timéo hurlait, angoissé, qu'il ne voulait pas aller à l'école, silence, et ses pleurs qui redoublent... Alors je suis allée les voir :

Moi : "Qu'est-ce qui se passe Timéo ?"

Lui : "Je veux pas aller à l'école "

Moi : "Non, tu ne vas plus à l'école aujourd'hui. Après le bain, tu manges, je te lis des histoires et tu vas te coucher. Et demain, mercredi, il n'y a pas d'école, tu reste avec moi."

Lui : "Papa a dit que j'allais aller à l'école !!!"

Moi : "Papa a oublié que tu vis dans l'instant présent. Aujourd'hui, l'école est finie, et demain elle est fermé, rassure-toi...

Lui, un peu calmé : "Je vais pas à l'école, papa a dit que j'allais à l'école, mais je vais pas à l'école demain !"

 

Le lendemain, mercredi, quand Timéo s'est réveillé, il m'a dit avec un grand sourire : "Le mouton est levé, mais il n'a pas sonné... donc, je ne vais pas à l'école aujourd'hui."

 

Jeudi matin, quand sa veilleuse a sonné, Timéo a pleuré : "Non, je veux pas aller à l'école !"

Alors, pas toujours avec autant de patience, mais toujours avec la volonté de l'apaiser, je pense : écoute active et instant présent

Moi :" Tu ne veux pas aller à l'école, et tu n'y vas pas... pas tout de suite. D'abord, on va prendre le petit déjeuner, puis s'habiller, jouer un peu, et après seulement, ce sera l'heure de mettre ses chaussures et d'aller à l'école."

D'abord calmé, il pleure un peu à nouveau, doucement, en entendant mes dernières paroles... Mais une minute après, je lui donne sa tasse de lait chaud, et il se calme.

Nous avons mangé, nous nous sommes préparés, sans que Timéo ne repleure ou ne reparle de l'école. Mais 5 minutes avant l'heure, il m'a demandé, serein : "Maman, je vais à l'école aujourd'hui ?". Je lui ai répondu que oui. Du coup, nous sommes allées tout de suite mettre nos chaussures... je ne voulais pas qu'il s'inquiète, car je le voyais attendre le moment du départ.

Nous arrivons toujours un peu avant l'heure d'ouverture, car j'accueille le premier bébé à 8h30. C'est le moment du câlin du matin avant que les portes s’ouvrent, et c’est devenu un rituel. Et ce jour-là, mon fils est entré sans m'attendre dans sa classe, sans me demander de câlin. J'aurais bien aimé le rattraper, et l'embrasser une dernière fois, mais j'ai réussi, un pincement au cœur quand même, à me retenir, et à me convaincre de le laisser grandir, pendant que j'indiquais oralement à la maîtresse qu'il resterait manger à la cantine...

_______________

Vendredi matin, Timéo était fatigué. Je lui ai proposé d'aller le chercher avant la cantine, et tout s'est passé, il a même fait une longue sieste de plus 3 heures !

________________

Samedi et dimanche, il était content dès le réveil : "le mouton ne sonne pas et donc il n'y a pas école".

________________

Deuxième semaine.

Lundi matin, il me demande : "Maman, je suis fatigué, alors tu veux bien venir me chercher avant la cantine ?"

Une partie de moi voulait lui dire oui, et aller le chercher tous les jours... Mais il semblait tenir le rythme, et pour être honnête, le fait qu'il ne fasse plus de sieste tous les jours me pose un problème, m'enlève ma pause... et mentalement, être sollicitée en continue du matin au soir, tous les jours, m'est impossible...

Penser en méthode gordon, c'est aussi penser à soi-même, à sa zone d'acceptation et de non-acceptation.

Alors je lui ai répondu : "Non, Timéo, aujourd'hui, c'est papa qui viendra te chercher pour le gouter."

Il a un peu pleuré, et je l'ai pris dans mes bras.

Puis, je lui ai expliqué que la semaine dernière, c'était sa semaine d'adaptation, comme les bébés que je garde [j'ai fait l'adaptation d'un bébé de six mois la semaine précédente seulement], certain tous les jours, jusqu'après le gouter, et aussi le mercredi... Je pense qu'il a pu mieux comprendre, faire le parallèle, et en tout cas accepter...

Je lui ai chanté une chanson sur un air qu'il aime : "lundi école, mardi école, mercredi pas école, jeudi école, vendredi école, samedi pas école, dimanche pas école..." Puis j'ai compliqué la chanson en ajoutant quand papa travaille et quand il est là... quand les bébés que j’accueille vienne ou pas… Il m’écoutait en fronçant les sourcils.

________________

La semaine s'est bien passée.

Et depuis, il s'est fait des copines et des copains...

Mercredi dernier, il voulait absolument que j'appelle une de ses copines pour qu'elle vienne à la maison ! J'ai tenté de lui expliqué que j'étais d'accord, mais que je n’avais pas son numéro de téléphone ! Il a compris qu'il s'ennuie plus à la maison avec les bébés, qu'avec ses copain(e)s à l’école, et il ne m'a plus demandé d'aller le chercher à midi.

_____________________

Le centre de loisirs

J'ai inscrit Timéo au centre de loisirs, le mercredi et les vacances scolaires, et je comptais l'y emmener en octobre.

Mais à son âge, ici, c'est qu'en demi-journée, donc l'après-midi de préférence pour moi... Mais le centre n'est pas à l'école du quartier, mais dans une autre école. Il y a un car, mais qui ne passe que le matin et le soir. Et comme je ne vais pas emmener 4-5 enfants en voiture à l'heure du temps calme avant la sieste, mon fils n'ira pas cette année. J'ai décidé du coup d'accueillir un enfant périscolaire...

Ce sera l'occasion de nouvelles aventures et témoignages de cette pédagogie non violente.

Voir les commentaires

2012-09-12T13:57:00+02:00

"Je veux pas aller à l'école !" partie 1

Publié par TimTad

Bonjour,

 

Je vais vous raconter la rentrée à l'école maternelle de Timéo, qui ne "voulait pas aller à l'école"

 

Un jeudi matin, le jour d'aller à l'école pour Timéo, 3 ans, était enfin arrivé.

Mais ce matin-là, il disait qu'il ne voulait y aller, qu'il m'accompagnait, et que c'était moi, sa mère, qui allait y rester... Je pensais qu'il jouait, alors je lui répondais que oui...

Et puis, dans la classe, le moment de la séparation est arrivé. Timéo a pleuré. C'était sa première séparation avec moi... Les pleurs n'ont pas durés longtemps, d'après la maîtresse et son atsem.

Mon mari est allée le cherché à 11h30, et après le repas, mon fils était d'accord pour retourner l'après midi à l'école, et cette fois, il n'y a pas eu de pleurs.

 

Vendredi matin, c'était un jour particulier. La rentrée s'était fait en demi-groupe, et ce vendredi toute la classe serait là, y compris son copain (un petit garçon que je gardais), et il avait hâte de le retrouver ! Pour sa deuxième journée d'école, Timéo est resté toute la journée et son père est allée le chercher à 16h30. Pas de problème particulier.

_______________________

Mais le soir, une fois couché, Timéo pleurait doucement. Je suis sortie de la douche, et j'entendais clairement ce qu'il disait :  "je veux pas aller à l'écoleeeeeeeee".

J'ai questionné mon mari, qui m'a répondu qu'il n'était pas allé le voir, ne sachant pas trop quoi lui dire...

J'y suis donc allée, en pensant méthode gordon : Qui avait un problème ? Mon fils, je devais utiliser l'écoute active, et surtout, surtout, éviter les obstacles à la communication.

Timéo : "Je veux pas aller à l'école...."

Moi : "Tu ne veux pas aller à l'école.."

Lui : "Non, je veux pas aller à l'école."

Moi : "Tu ne veux pas aller à l’école..."

Puis je me suis rappelée que j'avais lu qu'à cet âge, il vit dans le moment présent, et qu'il avait peut-être besoin d'être rassuré qu'il ne doit pas y aller tous les jours... Qu'il faut d'abord qu'il vive une semaine d'école pour le comprendre...

Alors je lui ai murmuré : "Demain, c'est samedi, pas de travail et pas d'école. Donc, tu n'iras pas à l'école. Et après demain, ce sera dimanche. Pas de travail et pas d'école non plus."

Lui : "Je vais pas à l'école demain ?"

Moi : "Non. le mouton (sa veilleuse) se réveillera, mais il ne sonnera pas. Et papa sera là, et les bébés que je garde ne viendront pas demain : c'est le week-end !"

Il me sourit et répète qu'il n'ira pas l'école demain... Il referme ses yeux, et s'endort...

_______________________

Lundi matin, le mouton a sonné, il était content d'aller à l'école.

_______________________

Lundi soir, une fois couché, Timéo pleurait doucement : "je veux pas aller à l'écoleeeeeeeee".

Je l'ai pris dans mes bras chuchotant :

Moi : "Tu pleures, tu as mal ?"

Lui : "Ouiii"

Moi : "Chut, s'il-te-plait, Tadéo dort"

Il respire un coup et me chuchote en pleurant :" Je pleure, je veux pas aller à l'école..."

Moi : "Tu ne veux pas aller à l'école."

Lui : "Non"

Après quelques instant de silence, je lui demande pourquoi...

Timéo : "Je m'ennuie"

Moi : "Tu t'ennuies ?"

Lui : "oui"

Je lui parle alors de toutes les activités que j'ai vues dans sa classe, en lui décrivant, pour lui donner des idées...

Puis au bout d'un moment, il me raconte le vrai problème :" La maitresse est méchante !"

Bien que sa phrase me déplaise, je reste concentrée sur l'écoute active :

Moi : "La maitresse est méchante".

Lui : "Oui, elle veut pas que je garde mes doudous"

moi : "Tu ne veux pas aller à l'école parce que la maitresse ne te laisse pas garder tes doudous avec toi."

Lui : "oui, elle est méchante !"

Moi : "Tu veux que je lui demande demain, si tu peux garder tes doudous avec toi ?"

Lui : "Oui, d'accord... non, je veux pas aller à l'école, c'est trop long !"

Moi : "Tu trouves que la journée d'école est longue... Tu es fatigué ?"

Lui : "Oui, je suis fatigué, c'est trop long..."

Je lui propose de venir le chercher avant la cantine, juste pour demain. Il accepte, et il se rendort.

Il est allé à l’école mardi matin sans problème, et je suis allée le chercher comme convenu à 11h30, avec son frère, et les deux enfants que je garde. " 3 enfants ! Médaille d'or !" m'a dit le directeur de l'école en me voyant avec un bébé dans un porte-bébé, et un petit garçon dans chaque main !

Pour l'histoire des doudous, il n'avait pas le droit de les garder à la récréation (!), donc les choses n'ont pas changés mais en parler lui a fait du bien, je pense...

_______________________ 

 

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog